QUELS PAYS AUTORISENT LA DOUBLE NATIONALITÉ EN 2020

Accueil » 2ème Passeport » QUELS PAYS AUTORISENT LA DOUBLE NATIONALITÉ EN 2020

Double nationalité : l’obtention d’une seconde citoyenneté est une étape importante dans l’internationalisation de votre vie afin qu’aucun pays ne puisse contrôler votre liberté ou vos biens.

Mais posséder un deuxième passeport n’est pas idéal si vous devez renoncer à votre citoyenneté d’origine. C’est juste échanger un passeport contre un autre. Dans certains cas, ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose, mais tout dépend du pays avec lequel vous faites du business.

Alors que de plus en plus de pays autorisent la double nationalité, plusieurs autres pays commencent à sévir contre leurs citoyens ayant plusieurs nationalités.

Bien sûr, il y a des pays où la double nationalité est strictement interdite. Cette liste a été mise à jour en 2014 et prend en compte plusieurs pays européens qui suivent la tendance dominante des politiques plus libérales à l’égard des personnes ayant plusieurs nationalités.

Voici une liste des pays qui autorisent la double nationalité, ainsi que des pays qui ne l’autorisent pas.

LES PAYS QUI AUTORISENT LA DOUBLE NATIONALITÉ

Les pays signalés par un astérisque permettent la double citoyenneté sous certaines conditions.

  • Albanie : L’Albanie autorise généralement la double nationalité.
  • Australie : Le gouvernement australien prétend qu’il est possible de détenir la citoyenneté de deux pays ou plus. Cela s’applique à ceux qui obtiennent automatiquement une autre nationalité, par exemple par mariage, par résidence ou par un autre processus de demande.
  • La Barbade : La Barbade permet non seulement aux citoyens barbadiens de conserver une deuxième nationalité.
  • Bangladesh :  Au cas où vous auriez envie de devenir un citoyen naturalisé de cette nation, faites attention à ne pas être condamné à une longue peine d’emprisonnement ou à une amende pénale dans les cinq ans suivant votre nouvelle citoyenneté. Cela pourrait annuler votre naturalisation. Dans le cas contraire, les citoyens bangladais ne sont pas autorisés à perdre leur nationalité, y compris lorsqu’ils obtiennent une autre nationalité.
  • La Belgique : La Belgique était l’un des pays où il était le plus facile d’obtenir une deuxième citoyenneté. En fait, il était possible de devenir citoyen belge en trois ans à peine si l’on nouait des liens dans le pays. Alors qu’il faut aujourd’hui cinq ans au minimum et jusqu’à neuf ans pour obtenir la naturalisation en Belgique, la bonne nouvelle reste que les citoyens belges actuels sont éligibles à la double nationalité à partir de 2008.
  • *La Bulgarie :  Les Bulgares de souche ont le droit à plusieurs nationalités sans devoir renoncer à leur passeport bulgare. Ceux qui ont renoncé à la citoyenneté dans le passé pourraient peut-être la récupérer. Cependant, ceux qui sont naturalisés en tant que Bulgares doivent renoncer à d’autres nationalités lorsqu’ils deviennent citoyens bulgares.
  • Le Canada : Le Canada est un cas des plus intéressants concernant la double citoyenneté. En raison de sa proximité avec les USA, certains Canadiens sont en fait nés aux États-Unis et ne savent pas qu’ils possèdent une deuxième nationalité (dans ce cas-ci, les États-Unis). Le Canada semble encourager ses citoyens à utiliser leur statut de double nationalité. Ils vous suggèrent toutefois d’entrer dans le pays de votre deuxième citoyenneté à l’aide de votre passeport canadien, ce qui n’est peut-être pas permis en vertu des règles du deuxième pays.
  • Le Chili : Contrairement à ce que d’autres pourraient vous dire, le Chili autorise la double nationalité.
  • Le Costa Rica : Le Costa Rica est l’un des pays d »Amérique où il est le plus difficile de se faire naturaliser, mais tous les citoyens costariciens peuvent conserver sans problème d’autres nationalités.
  • *La Croatie : Les Croates de souche qui ont obtenu la citoyenneté par naissance ou par filiation d’au moins un parent peuvent conserver d’autres nationalités. Toutefois, ceux qui sont naturalisés croates doivent renoncer à toute autre nationalité avant de recevoir la nationalité croate.
  • Chypre : Étant donné que Chypre commercialise son programme de citoyenneté économique qui reste coûteux, il est logique que Chypre vous autorise à conserver une citoyenneté supplémentaire.
  • La République tchèque : En République tchèque, les nationalistes se sont efforcés de perpétuer une tradition de longue date consistant à interdire aux citoyens d’avoir d’autres nationalités. Toutefois, à partir de 2014, la République tchèque a autorisé les nationalités multiples. Cela fait partie de leurs efforts pour s’aligner davantage sur les politiques de l’UE. Les anciens ressortissants tchèques qui ont perdu leur citoyenneté peuvent demander leur réintégration.
  • Le Danemark : Pendant des années, le Danemark a interdit à ses citoyens de posséder une autre nationalité. Depuis 2015 les choses ont changé et la double nationalité est autorisée.
  • L’Égypte : Les citoyens égyptiens peuvent obtenir plusieurs nationalités. Toutefois, ils doivent d’abord en informer les autorités égyptiennes. Il n’existe pas de deuxième citoyenneté privée sans compromettre la citoyenneté égyptienne. Les citoyens doivent également informer le gouvernement de leur intention de conserver la citoyenneté égyptienne dans l’année suivant l’obtention de la nouvelle citoyenneté. Les personnes ayant la double nationalité égyptienne sont exemptées du service militaire et n’ont pas le droit de s’inscrire dans les écoles militaires et de police, ni d’être élues au Parlement égyptien…
  • La Finlande : Depuis 2003, les citoyens finlandais ont le droit d’avoir la double nationalité. Ceux qui ont perdu leur citoyenneté avant 2003 disposaient d’un délai pour demander le rétablissement de leur ancienne citoyenneté. Ce délai a pris fin il y a plusieurs années et les personnes naturalisées en tant que citoyens finlandais ont également le droit de conserver leur citoyenneté d’origine.
  • La France : Les citoyens français ont le droit d’avoir une double ou multiple nationalité et ce depuis plusieurs décennies. 
  • *L’Allemagne : Le gouvernement allemand vient de donner son feu vert pour permettre aux Allemands de conserver leur double nationalité. Cependant, il y a un piège. Ce projet de loi, qui n’a pas encore été adopté, ne s’appliquera qu’aux plus jeunes. Historiquement, ceux dont les parents sont nés à l’étranger devaient choisir entre la nationalité de leurs parents et la nationalité allemande une fois devenus majeurs. 
  • La Grèce : Les citoyens grecs sont autorisés à conserver leur double nationalité à moins qu’ils ne demandent à renoncer à la nationalité grecque. La renonciation à la nationalité grecque est subordonnée à l’accomplissement de toute condition de service militaire. Il est possible d’obtenir une deuxième résidence en Grèce et d’obtenir la citoyenneté, mais le gouvernement  tire toujours des pieds.
  • La Hongrie : La Hongrie permet à ses citoyens de posséder plusieurs nationalités.
  • L’Islande : Tout comme la Finlande, l’Islande a annulé son interdiction de détenir plus d’une citoyenneté en 2003 et a offert quatre ans à ceux qui avaient perdu leur statut d’Islandais pour demander leur réintégration.
  • L’Irlande : Comme Israël et l’Italie, l’Irlande permet à ceux qui ont des ancêtres irlandais de demander un passeport irlandais. En fait, il y a quelque 14 millions de passeports irlandais en circulation, bien que le pays ait une population beaucoup plus faible. L’Irlande autorise la double nationalité.
  • Israël : Afin d’augmenter le nombre de citoyens israéliens munis de passeports israéliens, Israël a mis en place un programme de passeports très simple dans le cadre de la loi du retour. Israël permet donc à ses citoyens de conserver leur double nationalité.
  • L’Italie : L’Italie considère toute personne ayant des lignées italiennes comme un citoyen italien et même avant que vous ne fassiez une demande de passeport par filiation. Tant que vous pouvez prouver votre ascendance italienne, vous pouvez devenir citoyen italien. L’Italie n’exige pas que vous renonciez à d’autres nationalités lorsque vous suivez cette procédure ou lorsque vous devenez citoyen naturalisé par votre résidence.
  • La Jamaïque : Selon le site Web du consulat de la Jamaïque, le pays reconnaît la double nationalité.
  • Le Kosovo : De nombreux Kosovars ont des passeports serbes spéciaux et reconnaissables délivrés par une unité spéciale en charge des passeports à Belgrade. La Serbie ne reconnaît toujours pas le Kosovo comme un État indépendant. En raison du fait que de nombreux Kosovars ont la nationalité serbe, et même une troisième nationalité dans les pays où ils ont émigré (comme l’Allemagne), le Kosovo autorise la double nationalité.
  • La Lettonie : Le pays balte a récemment libéralisé ses lois pour permettre aux Lettons d’avoir une autre nationalité (ou plus encore). C’est une grande opportunité pour ceux qui obtiennent la résidence lettone en démarrant une entreprise ou en investissant dans l’immobilier et qui ont l’objectif final de devenir citoyens lettons.
  • Malte : Le programme de citoyenneté économique à 1 million de dollars de Malte permet à quiconque de devenir Maltais dans un délai d’un an sans renoncer à sa citoyenneté actuelle. Cela va de pair avec leur opinion favorable sur la double nationalité.
  • Le Mexique : Un Mexicain de naissance peut acquérir d’autres nationalités, mais il sera toujours considéré comme mexicain par le gouvernement. De plus, tous les citoyens mexicains doivent entrer et sortir du pays avec leur passeport mexicain. Il peut également leur être interdit de participer à certains investissements à l’intérieur du pays.
  • Le Nigéria : Les Nigérians peuvent avoir plus d’une citoyenneté, malgré une pression publique contre cette pratique.
  • Le Pakistan : En raison du nombre croissant de Pakistanais vivant à l’étranger, le gouvernement reconnaît maintenant la double nationalité aux citoyens pakistanais dans la plupart des cas. Toutefois, il est interdit aux personnes ayant la double nationalité d’exercer certains droits comme le vote, de servir dans l’armée ou d’occuper un certain nombre de fonctions publiques. Ce n’est pas un mauvais compromis en fait.
  • Le Panama : Techniquement, le Panama interdit la double nationalité. Dans la pratique les choses sont un peu différentes. Au cours du processus de naturalisation, le gouvernement panaméen exigera que vous prêtiez un serment qui inclut la répudiation de votre citoyenneté antérieure. Néanmoins, de nombreux pays (y compris les États-Unis) ne reconnaissent pas ce serment comme faisant partie de l’abandon de votre citoyenneté actuelle. Cela dit, une deuxième résidence (et éventuellement un deuxième passeport) au Panama peut être obtenue assez facilement par les citoyens de l’une des 50 « nations amies ».
  • Le Pérou : Comme dans d’autres pays d’Amérique latine, la Constitution péruvienne permet aux citoyens d’autres pays latins (dont l’Espagne) qui deviennent citoyens naturalisés de conserver leur nationalité antérieure. Dans la pratique, la double nationalité est autorisée dans de nombreux cas.
  • Les Philippines : L’obtention de la citoyenneté philippine est presque impossible pour les étrangers (bien que la résidence soit facile), mais les Philippins qui obtiennent une deuxième citoyenneté ne perdent généralement pas leur passeport philippin. 
  • Le Portugal : Le Portugal permet la double nationalité et offre également un programme de résidence très accessible pour ceux qui souhaitent investir dans l’immobilier local.
  • La Roumanie : La Roumanie n’annule pas la citoyenneté de ceux qui obtiennent un deuxième passeport, bien qu’elle ne revendique pas la responsabilité de la perte d’autres nationalités du fait du maintien de la nationalité roumaine. Il y a eu des cas de personnes qui ont perdu leurs multiples nationalités après avoir présenté une nouvelle demande de citoyenneté roumaine. En outre, la Roumanie a une pratique controversée consistant à accorder la double nationalité aux Moldaves.
  • La Serbie : Située en Europe du Sud-Est, la Serbie offre l’un des programmes de citoyenneté par filiation les moins connus. En tant que tel, il permet aux Serbes de conserver d’autres nationalités.
  • La Slovénie : La Slovénie, dont le passeport confère également la citoyenneté de l’Union européenne, peut interdire à ceux qui deviennent citoyens naturalisés de conserver leur nationalité existante. Toutefois, elle n’interdit pas aux Slovènes de souche d’avoir un deuxième passeport dans la plupart des cas.
  • L’Afrique du Sud : Jusqu’en 1995, l’Afrique du Sud interdisait à ses citoyens de voyager avec des passeports étrangers. Une loi de 2004 a modifié cette disposition et éliminé une exigence qui obligeait les personnes souhaitant obtenir une double nationalité à demander une autorisation. Comme beaucoup d’autres pays, l’Afrique du Sud exige de ses ressortissants qu’ils entrent et sortent du pays avec leur passeport sud-africain. Les Sud-Africains qui souhaitent obtenir de nouvelles citoyennetés doivent en informer le gouvernement avant de le faire, sous peine de perdre leur nationalité sud-africaine.
  • *La Corée du Sud : La Corée du Sud, bien qu’étant un grand pays, possède une culture plutôt insulaire et a longtemps interdit à ses citoyens d’avoir un autre passeport. Toutefois, à partir de 2011, une nouvelle loi autorise les personnes ayant acquis la double nationalité à la naissance à conserver les deux passeports si elles déclarent leur intention de rester sud-coréens avant l’âge de 22 ans. La loi ne permet pas aux Sud-Coréens d’obtenir d’autres nationalités en tant qu’adultes. Cependant, les expatriés vivant en Corée du Sud qui obtiennent la citoyenneté, y compris par le biais du programme d’immigration investisseur du pays peuvent conserver leur citoyenneté de naissance.
  • L’Espagne : L’Espagne exige que les ressortissants espagnols informent le gouvernement dans un délai de trois ans s’ils obtiennent une autre nationalité. Elle prévoit des exceptions pour les personnes qui sont des citoyens naturels d’un pays sud américain, d’Andorre, des Philippines, de Guinée équatoriale ou du Portugal.
  • La Suède : En 2001, la Suède a abandonné une politique de longue date n’autorisant pas la double nationalité. Désormais, les citoyens suédois peuvent acquérir d’autres passeports et les étrangers qui demandent la naturalisation en Suède peuvent conserver leur citoyenneté actuelle.
  • La Suisse : On estime que 60% des Suisses de l’étranger ont la double nationalité, ce qui satisfait le gouvernement. Depuis 1992, le pays n’interdit pas d’avoir un autre passeport et n’oblige pas les citoyens suisses naturalisés à renoncer à leur nationalité d’origine. (Bien que des célébrités aient obtenu la nationalité suisse comme moyen de renoncer à d’autres nationalités.)
  • La Syrie : La citoyenneté syrienne est une chose compliquée. Vous l’obtenez en étant l’enfant d’un père syrien ou d’une mère syrienne dont le partenaire est d’origine apatride ou inconnue. Obtenir la citoyenneté syrienne est presque impossible : il faut épouser un Syrien et vivre dans le pays pendant dix ans. Cependant, la Syrie permet généralement à ses citoyens d’avoir d’autres passeports, bien que le gouvernement annonce qu’il est très difficile de renoncer à la nationalité syrienne.
  • La Turquie : La Turquie autorise les nationalités multiples, mais exige de ceux qui les obtiennent qu’ils fournissent une pile de documents aux fonctionnaires turcs pendant le processus. Contrairement à de nombreux pays, la Turquie n’exige pas que les personnes ayant la double nationalité utilisent leur passeport turc lorsqu’elles entrent ou quittent le pays.
  • La Grande-Bretagne : Depuis la loi sur la nationalité britannique de 1948, le Royaume-Uni n’empêche pas ses citoyens d’avoir d’autres nationalités. Toutefois, les citoyens des territoires britanniques d’outre-mer peuvent perdre la possibilité d’obtenir un passeport britannique s’ils obtiennent une autre nationalité.

Les États-Unis autorisent-ils la double nationalité ? Dans presque toutes les circonstances, oui. Il se peut que vous ayez à déclarer « d’autres allégeances » lorsque vous faites une demande pour certains programmes gouvernementaux ou pour un passeport américain, mais leur demande est plus bureaucratique que toute autre chose.

Vous devez être conscient que le fait d’accepter une citoyenneté étrangère avec « l’intention » de renoncer à votre citoyenneté américaine peut vous faire perdre la citoyenneté américaine. Il en va de même lorsqu’il s’agit de combattre dans une armée étrangère ou de travailler pour un gouvernement étranger…

double-nationalite-process

LES PAYS QUI N’AUTORISENT PAS LA DOUBLE NATIONALITÉ

  • Andorre : Les Andorrans qui prennent une nationalité étrangère perdent leur nationalité andorrane, mais peuvent demander une réintégration ultérieure s’ils sont prêts à renoncer à la citoyenneté qu’ils ont prise. Les étrangers ne devraient pas avoir à s’inquiéter de cette procédure, car devenir citoyen naturalisé d’Andorre demande vingt ans de résidence, l’une des plus longues connue.
  • L’Autriche : L’Autriche limite sévèrement la double nationalité dans le pays. C’est intéressant, étant donné qu’il existe un programme « secret » de citoyenneté économique qui permet à de riches investisseurs de devenir citoyens autrichiens en échange d’un don de plusieurs millions de dollars, pour autant qu’ils puissent prouver qu’ils sont bien intégrés. Les seules exceptions à ces restrictions sont : 
  • Les enfants nés d’un parent autrichien et d’un parent étranger dont le pays confère la citoyenneté aux enfants. 
  • Les enfants ayant obtenu la citoyenneté étrangère parce qu’ils sont nés dans un pays étranger. 
  • Les enfants qui ne peuvent renoncer par la loi à leur citoyenneté existante.  
  • Les professeurs étrangers qui reçoivent la nationalité autrichienne.

Bahreïn : Alors que le Royaume de Bahreïn a une longue tradition d’attribution de la citoyenneté aux expatriés qui apportent une contribution à ce petit pays du Moyen-Orient, Bahreïn interdit la double nationalité, à l’exception de quelques détenteurs de passeports des États du Golfe.

La Chine : La Chine interdit techniquement la double nationalité, mais de nombreux Chinois affirment que son application est inexistante. Ils mentionnent également que la Chine considère les citoyens chinois comme étant uniquement des Chinois, mais qu’elle ne les empêche pas de détenir d’autres passeports.

Djibouti : Djibouti ne reconnaît pas la capacité de ses citoyens à détenir un autre passeport et tout citoyen qui obtient une autre nationalité perd son passeport djiboutien. L’application de la loi reste très discutable.

Le Salvador : Le Salvador autorise la double nationalité, mais uniquement pour ceux qui ont obtenu la nationalité salvadorienne par naissance. Les citoyens naturalisés ne peuvent pas avoir plusieurs nationalités.

L’Estonie : Bien qu’ils ne soient pas techniquement autorisés, de nombreux Estoniens détiennent un deuxième passeport, principalement russe. Le gouvernement estonien peut permettre aux citoyens naturalisés de conserver leur citoyenneté actuelle. Toutefois, les citoyens naturalisés qui obtiennent une autre nationalité après avoir été naturalisés perdront leur nationalité estonienne. Les Estoniens nés en Estonie ne sont toutefois pas soumis à cette disposition, car la citoyenneté estonienne est déterminée « par le sang » et ne peut être retirée à personne.

L’Inde : L’Inde autorise-t-elle la double nationalité ? La réponse est « non ». Cependant, en raison des demandes de sa diaspora, le pays a mis en place le programme de citoyenneté indienne à l’étranger. Le programme offre un document qui ressemble à un passeport, mais qui ne remplace pas un titre de voyage et ne confère pas la citoyenneté indienne.

L’Indonésie : Alors que les autorités indonésiennes s’efforcent de permettre aux citoyens d’avoir plusieurs nationalités, aucune loi de ce type n’existe encore et les Indonésiens ne peuvent pas avoir d’autres nationalités.

Le Japon : Le Japon est l’un des pays d’immigration les plus stricts au monde. Il n’est pas permis aux citoyens de maintenir d’autres allégeances et oblige les enfants qui détiennent plus d’un passeport à choisir celui qu’ils souhaitent conserver une fois devenus adultes.

La Lituanie : La Lituanie offre la citoyenneté par filiation à ceux qui ont des arrière-grands-parents lituaniens, mais exige que tous les Lituaniens choisissent entre leur citoyenneté et une autre nationalité. La seule exception concerne les personnes ayant des ancêtres qui sont partis pendant les périodes d’occupation pour des raisons de persécution.

Le Luxembourg : Bien que le passeport luxembourgeois soit un excellent document de voyage, ce sera le seul que vous pourrez posséder car le pays ne permet pas la citoyenneté multiple.

La Malaisie : Bien que le programme de visa MM2H pour la résidence soit formidable, toute personne ayant la citoyenneté malaisienne n’est pas autorisée à avoir une autre citoyenneté.

Le Monténégro : Bien qu’il y ait eu des pourparlers pour autoriser la double nationalité entre les Serbes et les Monténégrins (étant donné que les deux pays ne faisaient qu’un jusqu’en 2006), il est interdit aux citoyens du Monténégro d’avoir une autre nationalité et ils perdront leur citoyenneté s’ils sont naturalisés ailleurs.

Les Pays-Bas : En général, la citoyenneté néerlandaise interdit l’obtention d’une nationalité supplémentaire. Toutefois, il existe des exceptions pour les sujets néerlandais et y compris ceux des Antilles néerlandaises qui obtiennent d’autres nationalités à la naissance ou par mariage.

La Norvège : Bien que la Norvège offre l’un des passeports les plus précieux au monde, il ne permet généralement pas aux citoyens norvégiens ou aux personnes naturalisées de détenir une citoyenneté supplémentaire. La seule exception générale concerne les personnes dont les anciens pays refusent de les libérer d’une citoyenneté antérieure.

La Pologne : La Pologne ne reconnaît pas ses citoyens qui maintiennent d’autres allégeances, mais elle tolère cette pratique. Cependant, il y a des cas où « une seconde citoyenneté » est refusée, comme par exemple l’identification aux autorités polonaises en tant que citoyen étranger.

Singapour : Singapour a été un deuxième passeport très convoité dans le monde offshore, avec des revendications de citoyenneté au bout de deux ans seulement. Cette possibilité n’existe plus. De plus, la citoyenneté singapourienne confère le service militaire obligatoire aux citoyens ainsi qu’aux enfants. Dans une tentative de protéger le « tissu » de leur petit pays, Singapour interdit systématiquement la double nationalité.

*La Slovaquie : Dans le cadre d’un différend avec la Hongrie au sujet de sa politique de citoyenneté par filiation, la Slovaquie limite la double nationalité dans de nombreux cas. Elle autorise toutefois la double nationalité pour ceux qui obtiennent leur passeport par naissance ou par mariage.

La Tanzanie : Alors que certains responsables ont suggéré d’assouplir cette politique, les Tanzaniens ne sont actuellement pas autorisés à avoir la double nationalité, sauf dans le cas des femmes qui acquièrent une seconde nationalité en épousant un étranger. La population immigrante asiatique du pays est souvent citée comme un facteur de  » déloyauté potentielle  » si les règles de citoyenneté devaient être assouplies.

La Thaïlande : En tant que l’un des pays les plus insulaires et impérieux du monde, la Thaïlande interdit la double nationalité. 

L’Ukraine : Actuellement, l’Ukraine n’autorise pas facilement la double nationalité. Ils ont même envisagé d’imposer des peines d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à dix ans pour avoir la double nationalité. Il est possible d’avoir une autre nationalité, mais si le gouvernement l’apprend, vous pourriez avoir de graves problèmes.

Les Émirats arabes unis : Les titulaires d’un passeport des émirats n’ont pas le droit de conserver d’autres nationalités. La seule exception concerne les cas où une personne détient une autre nationalité dès sa naissance, mais a également un père ressortissant des Émirats arabes unis et qui lui confère la nationalité.Le Venezuela : Alors que les enfants nés sur le sol vénézuélien ont droit à la nationalité vénézuélienne (quelle que soit la nationalité de leurs parents), la double nationalité n’est possible que jusqu’à 25 ans. Passé ce délai, si une personne conserve sa citoyenneté étrangère, la nationalité vénézuélienne prendra fin.

LE PLAN B

Découvrez comment vous Affranchir de l’Etat, des Banques et du Système