Ouvrir un commerce en Thaïlande, au Cambodge ou en Asie

Accueil » Expatriation » Ouvrir un commerce en Thaïlande, au Cambodge ou en Asie

Tout savoir quand on décide d’ouvrir un commerce en Thaïlande, au Cambodge, en Asie…

Voici la transcription de ma vidéo : Ouvrir un commerce en Thaïlande, au Cambodge ou en Asie

Aujourd’hui je suis à Bangkok et on va parler d’un thème qui revient régulièrement, c’est pour des gens peut-être comme toi qui rêvent un petit peu de partir sous les cocotiers et puis de tenter de se construire un petit business qui puisse leur permettent de vivre sur place…

Je vais t’expliquer dans cette vidéo pourquoi cela est souvent une très une mauvaise idée, souvent mal appliquée et puis qui conduit dans de nombreux cas à l’échec ou à une grande désillusion !

Alors la première des choses à comprendre c’est qu’une entreprise, même un petit commerce est une entreprise qui fonctionne sur un concept qui est toujours le même, l’apport de la valeur, c’est ce tu apportes sur le marché et combien les gens sont prêts à le payer, pourquoi viendraient-ils acheter chez-toi plutôt qu’à un autre ?

Cette règle là tu vois va te permettre de comprendre en fait que tous les gens qui ont voulu monter des salons de massage en Thaïlande où des petits restaurants ont souvent été voués à l’échec et pour une raison simple, c’est parce qu’il n’y a pas d’apport de valeur !

 Il y a déjà des gens qui le font très bien et souvent au même prix sinon moins cher et que ça satisfait déjà pleinement les conditions de marché, mais bref j’y reviendrai un peu plus tard, je te donnerai des exemples dans la suite…

Ce qu’il faut comprendre également malgré tout c’est que tu n’es pas en France et que les cadres juridiques sont complètement différents, par exemple en Thaïlande tu ne vas pas pouvoir être propriétaire à 100% d’un commerce, tu vas être obligé d’être associé avec un local qui va être lui majoritaire.

Dans le cas de la Thaïlande par exemple soit tu le fais avec quelqu’un que tu connais donc un prête nom qui va être soit un ami, soit quelqu’un présenté par un avocat, ça coûte cher ou alors tu vas le faire avec par exemple avec ta future ou ton épouse, bref une locale qui a un lien sentimental avec toi.

Ce qu’il faut comprendre derrière tout ça, c’est que c’est toujours une mauvaise idée en soi de créer une boîte, de se servir du tremplin de l’amour pour upgrader vers une notion commerciale car il faut savoir que les relations humaines en Asie ne sont pas du tout gérées de la même manière qu’en Europe !

En Europe les gens ont tendance à rester mariés longtemps même s’ils veulent divorcer, ils ont la baraque, ils ont pleins de choses qui les freinent et en Asie ce n’est pas le cas, c’est à dire que c’est pour ça qu’il y a beaucoup plus de ruptures qui se passent très vite, d’une manière très abrupte parce que les thaïs sont pas du tout pareils…

 Les chocs culturels sont beaucoup plus importants et les statistiques sont encore plus mauvaises qu’en Europe, un mariage sur deux finit en divorce en Europe, en Thaïlande c’est la même chose mais encore plus développé, mais surtout tu as tous les gens qui voudraient divorcer et qui ne le font pas en France mais qui en Thaïlande passent à l’action, ça veut dire au moins les quatre cinquièmes des relations des couples mixtes sont vouées à l’échec et se terminent  toujours un peu de cette manière là !

Encore une fois, il y a un aspect culturel qui est vraiment très différent et que l’on ne prend assez peu en considération, c’est une mauvaise idée de mélanger les deux parce car si ça se passe ainsi, c’est ta femme qui récupère le business à son nom et tu repars une main devant une main derrière et c’est comme ça souvent que ça arrive, ce n’est pas une volonté d’arnaquer au départ, il y a forcément des détails et beaucoup de sincérité dans le truc mais simplement les conditions de vie font que ça change énormément…

Donc ça c’est pour la Thaïlande, mais pour le Cambodge par exemple ce n’est pas le cas, tu peux être propriétaire majoritaire d’un business donc c’est moins problématique mais malgré tout c’est un aspect juridique qui est très important et à prendre en considération.

Un autre point qui intervient, c’est la rentabilité ou du moins ce que tu peux espérer gagner, je vais prendre deux exemples concrets.

 Si tu veux monter un petit commerce, je ne sais pas, un bar restaurant par exemple, déjà je peux te dire est que c’est une mauvaise idée mais bref admettons pour l’exemple, donc tu va vouloir le monter à Kâmpôt au Cambodge, tu vas pouvoir le faire pour quelques centaines de dollars de budget, les appartements ne coûtent pas cher mais le truc à comprendre derrière tout ça c’est que c’est une petite ville composée à 99 % de khmers et que ce ne sont pas les khmers qui vont venir dans un bar français pour y manger !

 Très souvent il y a eu une inadéquation entre ce que tu aimerais faire et le marché local, oui, il y a des touristes à Kâmpôt, mais ce n’est pas non plus Bangkok, ce n’est pas la Thaïlande, donc un peu de tourisme mais très très limité et puis les Backpackers ce ne sont pas les mêmes qu’à d’autres endroits, ce sont souvent des jeunes avec peu de budget,  c’est souvent la grande majorité des gens que l’on retrouve au Cambodge et leur plus gros budget ça reste la bière et la bouffe mais derrière ce ne sont pas eux qui vont prendre une chambre d’hôtel à 20 dollars la nuit, parce que leur style de vie c’est plutôt de prendre des dortoirs à 3 dollars donc il faut connaître un peu le marché et comprendre ce que tu peux gagner !

C’est forcément très limité, évidemment si tu as 100 clients à disposition, tu pourrais te dire qu’avec 100 expats, tu pourrais faire effectivement la jointure, sauf qu’il y a déjà des gens qui sont installés depuis plus longtemps que toi et qui ont déjà eu cette idée et puis souvent en fait s’il n’y a pas ce type de commerce, dis toi  bien qu’il doit y avoir une raison parce que ce n’est pas forcément quelque chose qui marche ou qui marcherait sur place !!

Ce n’est pas parce qu’il y en a pas au moment T qu’il n’ y a pas eu avant des gens qui se sont plantés, c’est vrai et souvent les gens arrivent avec quelque chose qu’ils aimeraient faire,  sauf que ce que l’on aimerait faire ce n’est pas forcément ce que les gens veulent acheter et encore une fois avoir raison contre le client ça ne marche jamais, les clients ont toujours raison, ce sont eux qui paient, c’est lui qui sort de l’argent, c’est lui qui va te payer…

On va prendre l’exemple extrêmement inverse, quelqu’un qui voudrait monter un restaurant à Bangkok, évidemment là tu as beaucoup d’expats, de l’argent, tu as thaïs avec beaucoup d’argent, sauf que là pour le coup on est plus dans les mêmes budgets, c’est à dire que si tu arrives, tu vas avoir des gens qui sont très bien installés ici, qui ont mis de l’argent sur la table parce que là déjà il va falloir que tu crées une structure juridique avec plus de complications parce que voilà tu as des quotas d’employés, enfin bref je vais pas rentrer dans toute cette mécanique…

Disons si tu arrives à Bangkok et que tu veux prendre un petit commerce, enfin tu ne vas pas pouvoir l’acheter déjà, tu vas être obligé de prendre un local et un local ça vaut cher ici, jusqu’à plusieurs milliers d’euros à Bangkok et puis encore une fois la concurrence est féroce, ça veut dire qu’il faut arriver avec de l’argent, il faut être sur de ton coup,  mais surtout il faut vraiment avoir quelque chose de neuf à apporter…

Ici la concurrence, ce n’est pas du tout la même et il y a des gens qui sont extrêmement calés, les thaïs sur certains aspects effectivement ils sont un peu en retard ou moins regardants sur certains détails comme l’on peut l’être, mais enfin quand même ils ont monté des trucs qui sont vraiment sympas, qui sont bien agencés, qui sont bien cuisinés pour les restaurants, bien présentés et au service excellent !

Au delà de la cuisine, ils ont de la cuisine fusion par exemple qui marche très bien, enfin je ne vais pas rentrer encore une fois dans toute cette dynamique là, mais encore une fois l’idée est que tu as un marché, mais d’autres personnes s’y sont penchées et pour le coup c’est un truc auquel il faut réfléchir, ou il faut investir beaucoup d’argent…

Alors évidemment quand ça marche, ça marche bien, il y a des exemples, il y a Oscar que l’on retrouve à Bangkok, à Phnom Penh, ce sont des restaurants qui fonctionnent bien et qui sont des endroits de sortie très conviviaux, oui ça marche bien, mais c’est tout un savoir faire, c’est vraiment de grosses équipes derrière…

Il y a des gens qui ont dupliqué le concept et l’ont importé à au Cambodge, ça a marché tout de suite parce qu’ils avaient déjà cette vision de ce qui marche localement en Asie et pour le coup il y a vraiment un apport de valeur.

Encore une fois on en revient à ça, qu’est ce que tu veux apporter au marché et qu’est ce que le marché est prêt à acheter !

Finalement la pire des idées que l’on voit systématiquement chez les gens qui arrivent, c’est une caricature, mais c’est tellement vrai, ce sont les gens qui tombent amoureux d’une thaïe et puis qui ont la bonne idée d’ouvrir un salon de massage ou un restaurant, sauf que ça part peut-être d’un bon principe ou d’un bon sentiment mais ça ne marche pas comme ça et puis c’est pas parce que tu aimes bien cuisiner que tu vas être un bon cuisinier ou surtout un bon gestionnaire !!!

Encore une fois, une erreur à ne pas faire, mais la vraie vérité du truc pour beaucoup en fait, il n’y a que deux extrêmes, soit tu crées un petit business de subsistance histoire de gagner quelques centaines de dollars par mois qui permettront de payer un loyer, juste pour survivre, tu vas habiter dans ton bar restaurant et çà on le voit effectivement au Cambodge !

Il y a des gens qui arrivent à gagner peut-être 1000 ou 1500 dollars mais pas plus et souvent moins d’ailleurs et eux ils sont là depuis longtemps et connaissent le marché, connaissent les gens, en fait ils ont déjà une clientèle, c’est un business de subsistance et même le faire aujourd’hui c’est compliqué car encore une fois il n’y a pas suffisamment de clients pour ce type de choses !!

Celui qui y est arrivé il y a 5 ou 10 ans en arrière, il va garder ses clients et c’est normal…

L’autre extrême en fait, ce sont les gens qui ont un véritable apport de valeur, des gens qui sont pros, qui avaient déjà un commerce en France, mais encore une fois il faut sortir un peu du concept de restaurants, de bars, il y en a pleins partout, bon les français sont réputés pour mais il y en a vraiment partout, bon il n’y a pas que les français, il y a les belges, les suisses, il y a machin, donc vraiment il faut apporter quelque chose !

Un exemple qui marche mieux, ce n’est pas de faire de la cuisine française, c’est de prendre le truc à retord, je l’ai vu aux Philippines, ou des gens ont construit un restaurant suisse, ils ont reproduit un chalet au beau milieu des Philippines et c’est plein tout le temps parce qu’ils n’ont pas voulu faire ce que fait tout le monde, proposer un truc pas cher, un truc comme tout le monde, en même temps ils étaient déjà restaurateurs hôteliers en Suisse, ils ont juste reproduit ce qu’ils savaient faire !

 J’en arrive sur ce point là, si tu es déjà professionnel et que tu arrives avec un concept qui est nouveau sur un marché où il y a potentiellement une demande, mais ce n’est encore acquis, il y a des choses qui s’adaptent quand même sur place, mais c’est un peu moins voué à une économie de subsistance…

Mais encore une fois, il faut être vraiment pro dans ce que l’on fait et puis là pour le coup il faut être vraiment capable d’assumer les investissements…

 Je ne veux pas décourager avec cette vidéo évidemment, c’est juste pour remettre un peu les pieds sur terre, il n’y a que deux extrêmes, après la moyenne arrive à survivre, c’est à peu près ça l’idée, mais si tu arrives dans un marché où il n’y a pas d’argent, tu auras beau être le meilleur du monde, il n’y a pas d’argent,  il n’y a pas d’argent quoi !!!

Donc l’idée de vivre sous les cocotiers avec ce type de business c’est une énorme contrainte parce qu’en plus tu vas te mettre un boulet au pied, avoir une structure juridique, tu va être toujours à la fois freiné et limité par ce que tu peux et dois faire !

 J’ai eu un petit bar en Thaïlande, mais tu vois je ne l’ai pas fait pour gagner de l’argent,  je l’ai fait juste parce que j’avais envie d’avoir un endroit où je pouvais me poser pour travailler et je l’ai fait, j’ai déjà connu en fait ce type de choses, mais moi, j’en avais conscience au départ…

 Je ne voulais même pas en tirer un sou, mon seul objectif c’était que ce soit flat, que je ne perde pas d’argent et même ça ce n’était pas facile à faire car quand tu vis sur des spots touristiques, il y a des hauts et des bas et en plus c’était un moment où il y a eu des problèmes politiques importants donc en fait tout a un peu bouger très vite…

Donc voilà, même avec cet objectif là ce n’est pas forcément facile d’y arriver quand ce n’est pas ton métier originel, moi ce n’était pas le mien et il n’y avait pas vocation à le devenir, voilà donc à mon avis toujours la plus mauvaise idée sauf si tu es déjà un professionnel avec un vrai savoir-faire et que tu vas pouvoir apporter sur le marché quelque chose que les gens n’ont pas encore découvert ou que tu fais peut-être mieux que les autres !

Tu dois vraiment avoir cette vision là des choses, sinon, tu vas marner pour quelques centaines de dollars et encore une fois ton rêve va se transformer plutôt en cauchemar !  Quand tu passes ton temps à attendre les clients qui eux ne viendront jamais, forcément tu es pendu et tu risques de mettre tes économies dans un truc qui ne va pas fonctionner…

 Poses-toi vraiment les bonnes questions avant, il y a t-il vraiment le potentiel de fonctionner avant de vouloir s’engager dans un truc qui peut potentiellement te coûter de l’argent, mais l’argent ce n’est pas encore le plus grave, mais de coûter ton expatriation, ta vie, il y a des gens qui sont vraiment repartis amères, une main devant et une main derrière, sans un sou en poche, les économies d’une vie envolées car ils ont fait toutes les erreurs que je viens d’énumérer et dans l’ordre, mauvaise fille, mauvais mariage, pauvre montage juridique, mauvaise idée, l’argent est parti en fumée et ces histoires là pullulent sur internet…

Il y a toujours derrière la noirceur des tableaux, on va gommer l’aspect humain, mais souvent les gens se mettent eux-mêmes dans la merde, il faut l’avouer, en fait personne leur a mis un couteau sous la gorge pour acheter tel ou tel truc, ce sont les gens qui l’ont fait eux mêmes en pleine connaissance de cause au départ, après voilà ça se passe mal, mais on est conscient !!!

A mon avis les commerces ce n’est pas une bonne idée car tu es et tu seras soumis aux évolutions juridiques à l’avenir, c’est à dire que l’on est sur des pays en construction, enfin moins la Thaïlande que le Cambodge !

Au Cambodge par exemple, ils commencent à instaurer des règles, les gens gueulent à Kâmpôt car on commence à leur demander de faire des déclarations et ça veut dire que bientôt il va y avoir des impôts, enfin bon il y en a déjà théoriquement on ne les paye pas ! Ils font des déclarations semi-bidons et ils s’en franchissent un peu, tu vois que ça va évoluer mais pas dans un sens où ça va arranger le business ou du moins l’idée que les gens s’en font, donc c’est encore une fois à mon sens, pas une bonne idée !!!

Par contre, travailler sur internet, c’est ce que j’ai appris, tu peux te former, si tu veux vivre sous les cocotiers, tu peux arriver à créer une petite activité sur le net et beaucoup plus facilement qui sera transportable, c’est à dire le jour où tu en auras marre du pays et si tu es avec ton commerce et que tu dis finalement au bout de deux ans, j’en ai marre de ce truc là et puis je n’ai pas le choix, je vais essayer de le revendre, mais ça ne marche jamais non plus et tu vas être un peu bloqué…

Alors que de travailler sur le net, avoir une petite activité, certes ça va te demander peut-être plus d’efforts pour te former, mais malgré tout elle a l’avantage d’être totalement à la fois automatisable pour une grande partie une fois que tu as appris comment ça marche et puis surtout derrière elle va te permettre d’être totalement transportable !

 Avec un ordinateur pas besoin de stocks, d’employés, de structure juridique locale, tu n’es pas obligé de monter une boîte au Cambodge pour travailler sur un des sites internet depuis le Cambodge et ça c’est une solution qui est beaucoup plus viable à mon sens, bon c’est vrai je prêche un peu pour ma paroisse car effectivement c’est mon système mais ceci dit je ne suis pas le seul et loin de là à fonctionner comme ça !

Encore une fois et à mon avis, c’est celui qui est le plus sécuritaire, tu peux rester dans un pays parce que tu aimes le pays, après le business il faut être capable de mettre ailleurs, l’argent également, il faut éviter de tout mettre dans un seul endroit et surtout tous ses œufs dans le même panier !!!

Voilà ce sont des principes un peu de grand-mères que je t’ai évoqués, mais malgré tout il y a tellement de gens qui passent à côté !

 J’espère ne pas t’avoir totalement découragé…

Enfin bref voilà pour cette vidéo et puis si ça t’intéresse, je propose également La Carte Postale de Seb ™, tu trouveras un lien dans la description qui va te permettre de t’y inscrire, c’est gratuit et je partage tout mes hacks, tout ce que je ne peux pas forcément dire ici, tu vois de temps en temps, je fais des vidéos un peu coup de gueule comme ça, mais je fais aussi des emails et des contenus privés du moins pour les gens qui me suivent plus particulièrement…

En attendant, à très bientôt dans la prochaine et n’hésites pas à t’abonner à la chaîne si ce n’est pas déjà fait…

Ciao

LE PLAN B

Découvrez comment vous Affranchir de l’Etat, des Banques et du Système